Générique


Mise en scène Guillaume Gatteau assisté de Claire Le Bohec 

Avec  Philippe Bodet, Olivier Boréel, Loïse Bosdeveix, Emmanuelle Briffaud, Philippe Cherdel, Yuna Gautron, Frédéric Louineau, Anthony Moreau

Administration Anne Salmon

Production et diffusion Laurence Fleury

Scénographie et costumes Marguerite Bordat

Lumières Laurent Lahaut

Photos  Eric Milteau

Affiche Marguerite Bordat

Production Compagnie la fidèle idée

Coproduction Le Fanal, scène nationale de Saint-Nazaire, Maison de la Culture en Loire-Atlantique
Spectacle créé en résidence au SVET des Coëvrons à Evron, à la Fonderie (Le Mans), au Théâtre Universitaire de Nantes.
Avec l’aide de la DRAC des Pays de la Loire et du Conseil général de Loire-Atlantique.

Mentions légales
Littoral, de Wajdi Mouwad, Leméac / Actes Sud-Papiers, 1999.


 



Création 2002/2003 - Répertoire

Littoral - Wajdi Mouawad

Spectacle


En apprenant la mort de son père inconnu, l’orphelin Wilfrid décide de lui offrir une sépulture dans son pays natal. Mais ce coin du monde est dévasté par les horreurs de la guerre, ses cimetières sont pleins, et les proches de cet homme rejettent sa dépouille. A travers les rencontres douloureuses qu’il fera à cette occasion, Wilfrid entreprend de retrouver le fondement même de son existence et de son identité.

Littoral est la première partie de la trilogie du Sang des promesses. La fidèle idée et Guillaume Gatteau sont les premiers à adapter en France en 2003 une pièce du dramaturge Wajdi Mouawad, artiste associé au festival d’Avignon 2010.

L'auteur
Néen 1968 au Liban, Wajdi Mouawad se retrouve à l'âge de huit ans à Paris, où, fuyant la guerre, sa famille doit trouver refuge, mais sans avoir le droit de travailler. Tous partent donc au Canada.
Diplômé de École nationale de Théâtre de Montréal en 1991, Wajdi Mouawad réside aujourd'hui au Québec où il mène de front sa carrière d'auteur,de metteur en scène et de comédien. Il est directeur du Théâtre de Quat'sous à Montréal.
De cette enfance écartelée et, dit-il, « inconsolée », de cette adolescence marquée par la mort d’une mère encore jeune, l’oubli d’une langue maternelle abandonnée et l’acquisition d’une autre forcément étrangère, de tout cela et de bien d’autres choses encore, il fait la matière de ses écrits. Sensible à tout ce qui l’entoure, en alerte permanente, influencé par le cinéma, la littérature comme la peinture, il crée une oeuvre faite d’histoires fortement émotionnelles. Des histoires qui tentent de rendre visible l’invisible, qui mêlent inextricablement l’intime, le privé, le social et le psychique pour dire cette douleur qui unit tous les hommes, cette souffrance qui réside au coeur même du théâtre, celui que les Grecs ont inventé et que Wajdi Mouawad semble perpétuer. À la confluence d’un Orient où les contes et les récits sont le quotidien de la culture collective et d’un Occident méditerranéen où les légendes sont devenues des mythes vivants et effectifs, il dévore et réinvente ces influences.
 
 

 

 
 
Ils nous ont accueillis en tournée :Théâtre Universitaire de Nantes, Nouveau Théâtre d’Angers , Le Fanal, Scène Nationale de Saint-Nazaire, Maison du Théâtre, Brest.